Ukrainian Orthodox Church of Canada



COMMMENT SONT TOMBÉS LES HÉROS AU MILIEU DU COMBAT?

Dans son deuxième livre Samuel le prophète raconte comment David, le deuxième roi d'Israël reçoit les nouvelles de la mort de son adversaire féroce, le premier roi, Saul. Il déchirait ses vêtements, il se lamentait, pleurait et jeûnait jusqu'au soir. Il a même composé une lamentation pour qu'on l'enseigne aux enfants de Juda. Une partie est devenu une phrase connue dans beaucoup de langues: "Comment sont tombés les héros au milieu du combat?" (2 Sam. 1:25).

Certaines sections de l'Ancien Testament sont difficiles à reconcilier avec la vision de Dieu que nous avons reçu de Jésus Christ. Mais ici nous trouvons définitivement l'Esprit du Doux Agneau Qui a été immolé pour nous. Ici on ne trouve pas une célébration de la mort de "l'ennemi". Saul est mort par conséquence de ses actions injustes et son péché n'est pas caché. Mais sa mort est quand même une tragédie et non pas une bonne chose.

Nous trouvons le même Esprit dans le message du synode des évêques de notre Église orthodoxe ukrainienne du Canada concernant la crise en Yougoslavie:

Les nouvelles au sujet de la décision de l'OTAN à bombarder la Yougoslavie remplissent nos coeurs avec grande tristesse et des conflits. Comme chrétiens nous devons toujours chercher des moyens paisibles pour résoudre des conflits. Nous ne pouvons regarder la violence que comme un échec. Cet échec et particulièrement profond quand les deux côtés de la dispute se considérent comme peuple de Dieu...Encore l'histoire montre des humains qui portent toutes sortes de tribulations et des atrocités sur les autres humains au nom de Dieu. Ceci est complètment non-acceptable pour un peuple de n'importe quelle tradition de la foi, qui invoquent le Tout-Miséricordieux comme leur Créateur et Souteneur. Les gens de la foi de ne peuvent jamais accepter l'action militaire, qu'il s'agit d'une mission de bombe ou une incursion de guérilla, même comme une action du "dernier ressort". Même ceux qui acceptent de telles choses comme des "maux nécessaires" doivent quand même accepter aussi qu'ils sont des maux.

Comme l'Esprit du Christ dirige, nos Évêques ne se soumettent pas au tentation de choisir d'un côté pour les nommer des héros en même temps faisant l'autre côté des malfaiteurs. Ils notent que:

Les victimes d'aujourd'hui sont les agresseurs d'hier et les antagonistes d'aujourd'hui sont les protagonistes d'hier. Ce rhyme des opprimés qui deviennent des oppresseurs, ne sera brisé que quand si l'opinion publique voit la vérité et la futilité de ce cycle vicieux, et comprend le besoin de soulager les deux côtés dans leur douleur, et d'exiger la responsabilité des deux côtés pour leurs transgressions.

Il est bien difficile de dire ou de faire la chose correcte au temps que chaque alternative est mauvaise. Mais nous pouvons préparer le chemin pour la paix dans nos coeurs en refusant absolument à laisser place pour la haine et les solutions simples. De plus nous devons prier avec nos Évêques:

Nos prières sont avec les hommes et les femmes de nos forces armées qui sont impliqués dans ces incursions aériennes au-dessus de la Yougoslavie et avec leurs bien-aimés; elles sont aussi avec nos frères et soeurs dans la foi Orthodoxe, les Serbes, partout dans le monde, et aussi avec tous les innocents de chaque tradition de foi, qui se trouvent attrappés dans la tenue de cette violence. Que la présence consolant de Dieu soit dans vos vies. Que la paix retourne à Kossovo. Et que la justice, la miséricorde et la paix de Dieu qui surmonte toute compréhension humaine, règnent dans nos coeurs et dans le monde.

V. Rev. Ihor George Kutash