Ukrainian Orthodox Church of Canada



LES FLAMMES D'AMOUR

Vingt-deuxième Dimanche après la Pentecôte

L'Évangile d'aujourd'hui (Luc 16:19-31) consiste en la parabole de Jésus concernant le riche et le pauvre, Lazare. Il nous explique beaucoup de choses. Nous avons une conception de la justice de Dieu. Une personne qui a été malprise toute sa vie, trouve enfin le bonheur. Par contre, celui qui a vécu dans l'abondance sans penser à son prochain trouve le tourment qu'a subi le misérable.

Mais cette situation des âmes dont parle Jésus ne finit pas ainsi. Si quelqu'un pense qu'une éternité de tourment est une punition trop lourde pour les péchés commis au cours d'une vie qui est relativement courte, on trouve ici un espoir. Cette parabole montre une possibilité de l'épanouissement de la conscience qui peut changer la situation de l'âme.

Le riche souffre dans les flammes. Mais Abraham parle avec lui. Enfin il constate que son état est peut-être juste, parce qu'il n'a pas vécu une vie consciente des besoins des autres. Et il commence à penser à ses frères qui vivent de la même façon que lui. Sa demande d'envoyer quelqu'un du tombeau pour parler à eux n'est pas acceptée. Mais, nous le savons bien, l'Enseignant qui a donné cette parabole l'a fait Lui-même. Jésus est mort et résusscité!

Si nous lisons bien nous verrons que cette description d'enfers n'est pas la description d'un lieu de punisson et de vengeance. C'est plutôt une classe dans l'école de l'éternité. Peut-être enfin il est possible de graduer! Ce n'est pas qelque chose dont nous pouvons être certaines et remettre à plus tard la pénitence. Mais il y a quand même une possibilité, que les flammes que subit le riche, ne soient pas que les flammes de l'amour divin.

Comment? Est-ce qu'il n'arrive pas un temps où Dieu cesse d'aimer le pécheur et le consigne à la destruction perpetuelle? Il apparait que la réponse à cette question est: NON. En effet, comme le suggèrent certains saint Pères (et C.S. Lewis dans son livre des lettres d'un diable ainé à un autre plus jeune), le même amour que les justes sentent comme la douceur et la joie, est subi comme la douleur et les tourments par ceux qui n'acceptent pas l'union avec Dieu. Où pourront-ils y échapper? Dieu est partout - et Son amour est infini! Commençons dès aujourd'hui à découvrir la surprise de cet amour! Laissons les flammes de cet amour nous changer d'enfants de la destruction en enfants de la vie et de l'amour éternel.

V. Rev. Ihor George Kutash